Bienvenue sur le site de marion Lorblanchet

BUBU'S WORLD

Un blog dans le blog ...

Actus, coups de coeur, coups de gueule, délires ...

Bref un peu tout et n'importe quoi.

 

Un Dîner Presque Parfait ...

 

Le Concept

 

5 personnes d’une même ville (ou environs) ne se connaissant pas jusque-là s’invitent à dîner à tour de rôle sur la semaine.

 

A l’issue de chaque soirée, l’hôte est noté sur 10 par ses convives sur :

- son repas

- la décoration de sa table

- son animation

 

Le fil conducteur de la soirée est un thème choisi par l’hôte.

Celui qui récolte la meilleure moyenne est donc désigné meilleur hôte de la semaine.

 

 

Pourquoi ai-je postulé pour participé à l’émission ?

 

Tout simplement car la cuisine est ma passion : Livres de cuisine (recettes, techniques, historique … ) envahissent mes étagères et table de chevet, le dossier «Favoris» de mon navigateur internet est rempli de site dédié à cela !

 

Et … aussi un délire avec une copine : Le genre de fois où vous dites «Allez que d’la gueule pour le faire !» et vous voilà sélectionnez et une fois que tout s’emballe (dossier, casting, interview …) vous vous dîtes que parfois vous feriez mieux de vous taire ! lol

 

 

Mais … ok, j’avoue que c’est aussi une façon pour moi de me faire de la «pub» en vue de mes futurs projets professionnels …

 

En effet, j’ai proposé un thème autour de la diététique … Eh oui c’est très provocateur mais tendance surtout dans le milieu du sport et de la santé !

 

L’objectif était de :

 

- Casser cette image péjorative que peut renvoyer le mot «Diet» : régime restrictif, sans saveur, terne, sans originalité …

 

- Mettre en avant certains produits pour leurs atouts nutritionnels, leur côté pratique, leur simplicité, habitude de français, ainsi que leur coût

 

- Et afin, montrer que l’on peut associer santé et gastronomie en cuisinant des plats savoureux, en utilisant épices, type de cuisson ou autres techniques culinaires, avec des produits du quotidien ou facile d’accès (c’est la raison pour laquelle sur certaines préparations j’utilise volontairement du surgelé) sans pour autant passé 5h derrière les fourneaux ou utliser du matos de pro  !

 

  

Résultat et suite

 

N’ayant pas eu à faire à un public spécialement soucieux de sa santé, de prendre soin de son corps ou voulant optimiser ses performances physiques ou intellectuelles, il ne m’était donc pas évident de séduire et récolter un maximum de points par rapport à des plats dits «plus gastronomiques» noyés dans de la crème et du beurre permettant de masquer pas mal de choses, réalisés avec des produits ne relevant pas du quotidien.

 

De plus il faut noter également la «mauvaise foie» de certains prêt à ne retenir que le côté négatif des choses pour s’assurer de …

Pour le moment impossible pour moi de vous en dire plus quand à l’émission prochainement diffusée par devoir de réserve vis à vis d’M6 (vers la mi-mai, fin mai normalement).

 

Cependant, en vue de mes orientations et projets professionnels je sais quel public je peux et souhaite toucher, et m’installer sur le long terme

Parfois ne pas gagner le ponctuel est parfois plus intéressant pour le long terme

Oups j’en ai déjà trop dit, depuis plusieurs lignes … lol

 

Ce qui comptait pour moi était de rester à 100% dans mon thème et dans le(s) message(s) que je voulais faire passer sans me laisser tenter par sortir du sujet pour rectifier un assaisonnement (cf compotée d’oignons caramélisées que je vous laisserai découvrir …).

 

L’expérience a vraiment était très sympa à vivre même si assez éprouvante physiquement et nerveusement (rentrer tous les soirs à 3h du matin minimum !), m’a permis tout d’abord de partager, et de découvrir et comprendre une partie de l’univers de la télévision, certains trucages, mise en scène …

 

 

Pas mal de choses concernant ma reconversion  commencent à prendre forme, en se mettent en place petit à petit (dans ma tête et sur le terrain !) et actuellement me laisse en entrevoir que je suis dans la bonne direction …

(patience ma carrière tri-athlétique n’est pas encore terminée !)

 

 

 

25.02.2011 : DELIRE EXTRA TRIATHLON ...

 

Comment en suis-je arrivée là … ???


Une amie diététicienne, auprès de qui j’effectue une partie de mon dernier stage de formation pour mon D.E. a vu une pub comme quoi M6 et son émission «Le Dîner Presque Parfait» était de retour sur la région.

 

Pour elle pas question de faire le clown à la télé, préparer un menu complet à des inconnus, ou encore faire une décoration kitch pour se retrouver noter en fin de soirée ! lol

 

En déconnant je lui ai dit qu’il était dommage de laisser passer l’occas’ d’une opération de communication (là on sent le passé d’athlète dans la com' avec les sponsors !).


Sachant que je cuisine plutôt pas trop mal (eh oui ma passion est certes le triathlon, mais depuis toujours l’art culinaire) elle m’a dit ...  
Et voilà comment j’en suis arrivée là !

 

Il a fallu monter un dossier un peu à l’arrache à cause du timing, penser à un menu, une déco, une animation … autour d’un thème bien précis : diététique, santé et "gastronomie".

Casser l'image que la diététique = 3 feuilles de salades, poisson poché sans saveur ... et puis "basta".

Donner des tas de trucs et astuces pour alléger les plats, sur les modes de cuisson, le jeu des épices, des émulsions ...

Bref, ce que l'on fait en "atelier cuisine diététique" lors des sessions "Gourmandiet" (www.gourmandiet.fr)

 

Sur 234 candidatures, notre dossier figure parmi les 20 …

 

Lundi dernier, M6 a déboulé sur Clermont : casting devant les caméras, remplissage de questionnaires, tu sens les chefs de production à l’observation … oùlàlà on se serait cru à un examen !

Oui oui à un moment je me suis bien demandé ce que je foutais là ;-)

 

Et puis re-écrémage ... notre dossier est parmi les 10 ...

Et puis ... le verdict ... je vous laisse imaginer la suite :-)

 

 

 

 

17.01.2011 : INTERVIEW "TRIMAG" (Janvier)

- Rappelle-nous comment s'est effectuée ta transition du tri. olympique fédéral au tri XTerra ?

Après 2 olympiades ratées à chaque fois de peu (2 fois suppléante), la question de «renquiller » jusqu’à Londres s’est forcément posée.

Le contexte fédéral peu séduisant, mais surtout l’envie de découvrir une autre facette du triathlon ont fait que j’ai « choisi » de tourner la page olympique.

Je me suis donc essayée en 2009 sur 1 XTERRA en Allemagne et un 70.3 (Monaco) histoire de voir.

Paradoxalement je m’étais bien mieux exprimée sur le Half Ironman (de par mes bases), mais mon cœur a vraiment basculé du côté du XTERRA.

J’ai été séduite par ce côté nature, aventure, vtt, spécificité, état d’esprit et où malgré une gestion de l’effort, l’intensité est intense par rapport au 70.3.

J’ai chopé cet « XTERRA Virus » dont je ne recherche absolument pas le vaccin pour en guérir !!!

 

- Comment as-tu vécu cette "éviction" de la PO ? Tu avais gravi les "échelons" sans faux pas jusque-là (juniors, seniors, JO...) - pensais tu qu'on puisse se passer de toi pour les prochaines olympiades ? Avec le recul, en gardes-tu de la rancoeur sur la décision qui t'a été exposée ou la manière ?

J’ai toujours été très fière de porter le maillot de l’équipe de France et me suis toujours battue pour lui faire honneur.

En Janvier 2009, après 4 années éprouvantes tant physiquement que psychologiquement dans la quête d’un dossard olympique (et un retour au plus haut niveau après un gros pépin physique en 2005), j’ai refusé pour des raisons éthiques de participer au protocole des chambres hypoxiques (à l’époque obligatoire, mais qui désormais est devenu «optionnel»)

Le fait de ne pas avoir adhéré à « LA pensée unique » imposée par le staff fédéral m’a sans aucun doute grillée.

Mais je sais pourquoi je fais du sport, ce que j’en attends d’un point de vue de mon épanouissement personnel et qu’est ce qui est vecteur de ma performance et ce qui ne l’est pas, même si je reste ouverte sur les choses.

Dire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas, prendre ces responsabilités et les assumer font qu’il était plus facile de sacrifier une «tête» que de devoir se remettre en question pour certains.

Avec le recul, je ne regrette pas mon choix car je ne suis pas un pion que l’on balade.

Il est vrai que j’ai un peu de rancœur sur la façon dont cela s’est fait, sur le manque de « classe ».

Mais venant de la part d’un panier de crabes faux-cul (oups … excusez moi pour mon écart de langage) il n’y avait finalement pas plus de considération et de respect à attendre de leur part.

 

- En quoi l'ambiance est-elle différente sur les deux circuits, ou entre athlètes des deux circuits ?

Trouves-tu des valeurs communes aux deux milieux, ou sont-ce deux mondes totalement différents à ton sens ? 

L’ambiance n’a rien à voir.

Sur XTERRA (je l’avais également ressenti sur le 70.3 de Monaco) il n’y a pas ce fossé entre « élites » et « masse », ce qui permet d’être plus ouvert, de partager et d’apprendre beaucoup des uns et des autres, dans un sens comme dans l’autre.

Il y a un respect mutuel entre les 2.

L’ambiance est plus décontractée.

Avant d’arriver dans ce monde j’avais peut être certains préjugés dus à ce que j’avais connu sur le circuit type coupe du monde ou « courte distance »

Ce dernier se veut, je trouve, très élitiste et beaucoup dans le paraître.

Le fait d’être en vase clos était quelque chose de pesant pour moi et limite l’évolution de soi.


- Pensais-tu pouvoir rivaliser d'emblée avec les meilleures sur XTerra comme tu l'as fait ?

Il est vrai que cette année j’ai un peu créée la surprise (aux autres mais également à moi même) en m’imposant sur le Tour Européen et en décrochant le bronze aux Championnats du Monde.

J’ai su saisir ma chance sur certaines courses.

Cette 1ère saison complète de XTERRA a été « magique ».

J’ai vécu celle ci à fond, tant sur le plan émotionnel que physique.

Le plaisir associé au sérieux et au travail a porter ses fruits bien au delà de ce que j’avais pu imaginer.

L’an prochain sera forcément un peu différent car je serai désormais attendue, mais cela ne me dérange pas car ça fait partie du jeu !

 

- Tu as progressé - en VTT notamment - à vitesse grand V  - quel apprentissage as-tu suivi pour appréhender aussi vite les spécificités du XTerra ?

L’avantage que j’avais c’est qu’en VTT pur je ne partais pas de grand chose !

J’avais 2 axes de travail : physiologiquement et techniquement

L’importance de la partie vélo (2/3 du temps de la course), la spécificité physique et technique du vtt, sans oublier de prendre en compte la «résistance musculaire» en course à pied étaient des choses toutes nouvelles pour moi.

Il me fallait donc adapter mon entraînement à ces exigences, modifier, sans savoir au départ si j’allais vraiment réussir à encaisser ce type de travail, le temps que cela prendrait pour que les choses se mettent en place, et réussir à retranscrire sur le terrain en compétition.

Certaines qualités musculaires ne peuvent pas se gagner en un an et il faut de la patience et du travail.

J’ai donc encore une marge de progression, notamment en endurance de force ou en explosivité par exemple (hey hey plus facile à dire qu’à faire !).

 

Pour l’aspect technique … c’est là qu’on va se marrer :

Pendant des mois ma copine se nommait pommade à l’Arnica spécial hématomesssssss ! Trop la honte de me mettre en jupe ou d’aller à la piscine avec mes jambes pleines de croûtes et de bleues !

Un ami que je remercie énormément m’a enseigné les bases : le genre de trucs qu’on apprend aux gamins en école de cyclisme vtt.

Des gamelles … j’en ai prises !!!

J’avais bricolé (à l’abri de regard moqueurs lol) des ateliers de travail technique, je me suis beaucoup renseigner, j’ai écouté des conseils, appris, lu, expérimenté … oui oui on peut parler d’acharnement !

Participer à des courses de VTT aux côtés de spécialistes m’a fait énormément progresser (et flipper parfois !). Je me rappelle qu’au départ de ma 1ère Coupe de France VTT à laquelle j’ai participé je me suis demandée ce que je faisais là et comment j’aillais réussir à passer le fossé en bas de la descente à pic sans me manger le gros tapis en mousse !

Tout cela mis bout à bout ont fait que j’ai finalement très vite comblé cette carence technique, tout du moins pour le XTERRA.

 

- Etait-ce un pari risqué pour toi de passer du DO au XTerra, ou savais-tu que tu avais les capacités de rebondir, de réussir, sur "off road" ? as tu crains à un moment l'échec ?

Un pari risqué ? Je ne mettais pas non plus ma vie en jeu !

Le fait d’avoir eu un niveau international en triathlon classique, ma « petite flamme » pétillant de nouveau, le plaisir que j’avais dans ce que je faisais … me laissait penser que je parviendrai à m’exprimer à un moment donné.

Je ne suis pas quelqu’un qui subit les choses. J’ai toujours su aller de l’avant.

L’échec … à partir du moment où on se donne les moyens de réussir, forcément on a toujours une petite crainte ou appréhension.

Mais cela ne doit pas transformer l’envie de bien faire par la peur de bien faire !

 

- Tu as signé avec un team italien je crois - peux tu nous expliquer en quoi cela consiste exactement ?

Et va-t-on continuer à te voir sur le Grand Prix avec les filles de Montpellier ? 

En effet, j’ai récemment fait l’annonce officielle de mon intégration dans le TEAM CREMONA STRADIVARI.

L’approche est très différente du « fonctionnement français ».

Le système et la gestion sont très professionnels, avec essentiellement des sponsors privés, une structure de communication et des moyens financiers.

Les italiens sont « fan » de Xterra, donc cela était une bonne opportunité pour moi et mon projet.

 

Montpellier a décidé pour de multiples raisons de stopper son équipe de D1.

D’un point de vu personnel, je dois bien avouer que courir des 5kms en trifonction aux 4 coins de la France ne me faisait plus particulièrement vibrer.

Mais j’ai été contente de vivre mes 2 dernières années de GP au sein de Montpellier, où l’ambiance était sympa et où je devais assumer mon rôle de « capitaine » (en fait clown de l’équipe)

 

- Ton frère a quitté aussi le monde du triathlon pour connaître une seconde carrière dans une autre discipline.... est ce que tu vois un parallèle entre vos deux trajectoires, des similitudes...

comment as tu vécu le fait qu'il arrête le triathlon ?

quel regard portes-tu sur son parcours, du tri au trail ?

C’est sous l’influence de mon frère que j’ai commencé le triathlon.

Je me rappelle encore des déplacements que l’on faisait ensemble sur les courses et qui restent d’excellents souvenirs.

Lui a choisi de se diriger sur le trail qui lui correspondait plus pour de multiples raisons et qui était également plus compatible avec ses études de kiné.

J’ai tout à fait compris sa décision et je suis contente qu’il ait trouvé son équilibre et son épanouissement dans cette discipline.

Il a été et est pour moi quelqu’un d’important dans ma vie, que je respecte et admire également (là on sent la p’tite sœur qui parle de son grand fréro !)

 

Thomas et moi sommes très différents dans nos caractères, et donc dans la façon d’aborder certaines choses.

Il n’y en a pas un qui a plus raison que l’autre. Au contraire c’est très enrichissant pour l’un comme pour l’autre.

Mais nos valeurs sont les mêmes (dues en grande partie à notre éducation), notamment celle du goût du travail, de la rigueur, sans pour autant que cela soit au détriment du plaisir et de l’amusement ou encore de la modestie.

Même si nous avons des trajectoires différentes, nous avons été confronté tous 2 à un prendre des décisions quant à l’orientation de notre pratique sportive et ce qui compte c’est que chacun soit en harmonie avec ses choix.

 

- Comment va s'articuler ta saison 2011, avec quels objectifs, quelles courses ?

2011 sera très … XTERRA !

Je vais participer en intégralité au circuit européen ainsi que quelques étapes de l’Xterra Italian Tour.

L’ITU se lance également dans le triathlon « off road » en mettant en place un championnat du Monde et d’Europe de CrossTiathlon.

Les championnats du Monde de Xterra à Maui en octobre clôtureront ma saison.

 

Je prendrai également part à des courses de vtt (Coupe de France entre autres) avec le team Scott France que j’ai intégrer cette année.

D’autres compétitions type trail ou triathlon trouveront leur place en courses de préparation.

 

- D'un côté professionnel, la diététique est la voie que tu sembles avoir choisi ; comment cela influence-t-il aujourd'hui ton quotidien, quelles perspectives imagines-tu autour de cette notion, ce métier ?

Je suis passionné par le domaine de la diététique. C’est la raison pour laquelle j’ai décidé d’en faire mon métier.

Actuellement j’ai un D.E.S. en nutrition de sport et suis sur le point de finaliser mon D.E.

Je donne également des cours de nutrition du sport au CREPS de Vichy. Enseigner est quelque chose que j’apprécie énormément et qui permet aussi d’apprendre beaucoup sur les autres et soi même.

J’effectue également le suivi nutritionnel de quelques athlètes du centre d’entraînement.

 

Dans le quotidien inutile de vous démontrer que la diététique fait partie intégrante de la santé, du bien être et de la performance (oulà attention si je commence, je ne vais plus pouvoir m’arrêter !).

L’entraînement et/ou les compétitions occupe pas mal de temps dans mes journées, mais pour mon équilibre j’ai besoin de rester connectée à la « vraie vie sociale », de garder un travail intellectuel afin de ne pas sombrer dans la monotonie de l’entraînement en exclusivité.

 

La nutrition est un domaine dans lequel on doit sans cesse évoluer, se former pour progresser.

J’ai dans un coin de ma tête un projet, mais vous en saurez pas plus pour le moment …

 

- Où seras-tu les 7/8 août  2012 (jour de l'épreuve de triathlon aux JO de Londres) ?

Sur le ponton de départ pour participer à la course des J.O. … mais non je plaisante !

A l’heure actuelle je ne sais pas ?

Peut être devant ma télé, mais je n’en suis pas complètement sûre … ???


 

 

03.10.2010 : CA CARTONNE !

Quelle joie à chaque fois, telle une gamine au matin de Noël de recevoir la visite du facteur qui te demande de signer «là dans la p’tite case».

(le seul truc re-lou c’est qu’il commence sa tournée matinale (très très matinale ...) dans le quartier ! lol)

 

Cartons OAKLEY, ZEROD, SCOTT … Les p’tits cadeaux des sponsors pour la fin de saison ;-)

En plus c’est flatteur de se dire qu’aux Championnats du Monde de XTERRA je vais galoper avec des shoes prototypes (gamme SCOTT running 2011) … ohlàlà ça met la pression ça lol !

 

Bon ... j'ai aussi reçu un cartons de 23,8 kg (c'était écrit dessus) en provenance du ... CNED (centre national d'enseignement à distance), avec une petite lettre d'accompagnement pour te dire que le reste des bouquins va suivre ... C'est sympa de leur part de le signaler ... c'est beaucoup plus rassurant d'un coup lol ! 

 

 

26.09.2010 : MY MAUI SPIRIT

Dernière ligne droite de la saison ...

En point de mire les championnats du monde de XTERRA le 24 octobre à Maui (une des îles Hawaïennes).

Tout en étant sérieuse et appliquée dans ma préparation, je ne vais pas pour autant me mettre une pression démesurée pour cette course.

Ma saison 2010 est d'ores et déjà réussie et Maui est donc la cerise sur le gâteau.

 

Je ne veux pas griller les étapes et estime être encore en apprentissage.

D'autant que cette course, une des plus difficiles à laquelle j'ai participé (parcours, conditions climatiques, plateau ...) nécessite à mon sens beaucoup d''expérience et de maîtrise.

 

Sans pour autant manquer d'ambition, ou m'interdire de saisir ma chance, ou me fixer des limites, je suis réaliste sur mon niveau.

J'ai conscience des manques que j'ai, du type de travail que je dois réaliser et assimiler et la notion du temps qu'il me faudra pour acquérir certaines capacités, qui ne peuvent pas se faire en une année et encore moins en quelques semaines.

 

C'est bien entendu sans complexe que je m'élancerai le 24 octobre sur cette course mythique.

J'ai toujours estimé que c'était une chance de pouvoir se confronter aux meilleures mondiaux de la discipline.

Cela permet de se transcender, de repousser ces limites, d'apprendre ...

C'est tellement plus riche en enseignement que de se contenter de gagner les championnats de son quartier avec plus de 10 minutes d'avance. 

 

 

12.09.2010 : BREAK

4 jours de break à l'issue de l'XTERRA Suisse sont au programme.

Tout d'abord pour récupérer physiquement de l'enchaînement du CD de Gérardmer (GP de Tours avait servi de prépa.) et de la finale de l'XTERRA l'European Tour 6 jours après, puis pour pouvoir entamer le dernier cycle de préparation en vu de Maui dans de bonnes conditions, fraîche avec l'envie de bien faire.

 

Mais c'est surtout d'un point de vu nerveux que la fatigue est la plus lourde.

Etant très (trop ?) émotive, je vis vraiment les événements qui me tiennent à coeur à 200%.

Et ce début septembre a été riche en émotions !

 

Si on fait un petit retour sur la mi-août .... euh c'était pas trop le top !

Pas bien du tout à l'entraînement, plantée, plein de petits tracas du quotidien, un ras le bol.

Petit à petit le doute et la panique s'installent.

Mais il existe toujours des solutions. Pas toujours facile d'accepter de lever le pied en intensité alors qu'il était prévu telle ou telle séances. Et non l'entraînement n'est vraiment pas toujours une science exacte !

 

Grand Prix de Tours : je me sers de cette course pour me remettre dans le rythme.

Et puis le célèbre et réputé CD de Gérardmer ...

Tout le monde me dit que la dernière fois que j'ai couru dans le coin (XTERRA France Xonrupt) ça m'a plutôt bien réussi ... Ouais Ok, comme si c'était aussi simple que ça !

La veille de la course, on a repérer le parcours vélo. Willy avec sa patte d'expert m'a analysé en long en large et en travers : descentes, relances, gestion ...

Une course parfaitement maîtrisée d'un point de vu personnel.

Que c'est booooon quand ça se passe comme ça : Ces jours où on sent que les jambes répondent comme tu le veux quand tu le veux !

 

Bon par contre il va falloir rester concentrée les 6 jours suivant en vu du XTERRA Suisse, finale de l'European Tour 2010.

Au niveau de l'entraînement ... La forme est visiblement là. Alors ne pas tomber dans le toujours plus et faire juste les rappels qu'il faut et comme il le faut ...

Euh justement là ... je me suis faite un peu tirer les oreilles : Le cardio m'a trahi lors de la séance de piste du mercredi.

En téléchargeant les courbes sur l'ordi ... oups Bubu a un peu trop bombarder ! Bon ce qui est fait est fait.

 

XTERRA Suisse : c'est toujours avec une excitation de gamine que je me lance sur ce type de course. Je crois que j'ai vraiment chopé le virus, mais je ne veux surtout pas qu'on me trouve un vaccin pour en guérir !!!

2ème victoire sur le circuit européen et par la même je décroche le titre du Global Tour European ! 

Pffffffffff que dire ! Bah, I'm happy ! lol

Difficile de tout décrire le mix de sentiments, d'émotions qui me passent par la tête !

En 2 ans, il s'est passé bien des choses dans ma vie en générale, et dans ma vie sportive.

Des décisions ont du être prises, pas toujours évidentes à prendre, des choix de vie, de gestion ...

Je ne reviendrai pas dessus car une page a été tournée, mais je suis tout simplement fière de moi. (sans pour autant avoir un esprit revanchard ou amère et on peut être fière en toute modestie).

Cela peut paraître "prétentieux" écrit comme cela, mais les personnes qui me connaissent savent dans quel état d'esprit j'écris cela.

 

 

 

 

 

Les "Z'à côté" du XTERRA Sardaigne

Un p'tit récit du séjour en Sardaigne ...

 

ACTE 1

 

Une semaine en Sardaigne … Dur dur la vie d’athlète !

 

Même si l’avant course est toujours destinée à faire du jus et éviter de piétiner à droite à gauche, ouvrir les yeux pour admirer le paysages n’est pas néfaste ! Bien au contraire.

Le trip : Clermont Marseille en voiture, le bateau jusqu’à Porto Torres (avec une nuit dedans) et re-voiture jusqu’à Orosei (côte Sud Est de la Sardaigne).

Avec de la bonne zic, de la lecture et la télé dans le bateau (avec un splendide match de l’équipe de France de foot lol) ça passe bien.

 

Installation dans un bungalow à quelques mètres de la plage (du départ et du parc à vélo par la même occasion), c’est plutôt idyllique comme conditions !

 

Sur place on est pas mal de frenchies à se retrouver.

Cette ambiance et bonne humeur globale est toujours aussi sympa  !

 

ACTE 2

 

Place aux divers repérages (vélo et à pied) et petit plouf dans la mer (euh sans combi à 18° ça caille un peu !)

Comme d’hab’ après la 1ère reco VTT c’est un peu la panique …

Mais le lendemain c’est en compagnie de « super Jacky » (big boss de TriHebdo) que j’apprends à chasser de la roue arrière et à contre braquer dans les virages sableux omniprésents en descente.

Sur la fn du parcours, par manque de concentration de me prends une grosse gamelle (ça j’ai évité de le dire à ma mère qui flippe déjà à l’idée de me voir sur un vélo !).

Glaçage et gros œuf sur la hanche gauche !

 

Le soir, place au briefing d’avant course et pasta party sur la playa.

 

 

ACTE 3

 

Jour J.

Le matin le petit déj’ n’est pas apprécié aussi bien que les autres matins !

Mais une fois l’installation dans le parc, l’échauffement … le stress s’évacue petit à petit pour laisser place à la concentration.

La mise en place sur la ligne de départ se fait version show,zic à bloc … bref le truc qui te prends les tripes ! Yeah !!!

Même si une fois le coup de pétard donné ce sera une « lutte » sans merci, sur l’avant départ, il y a respect mutuel des athlètes (tout du moins au niveau des pros car nous sommes rangés dans un sas sur le côté) et chacun se donne une petite tape amicale pour se souhaiter une GOOD RACE and A STILL HAVING FUN !

 

BOOOOOOM le départ est donné, ça y est les « fous » sont lâchés ….

(cf résumé de course dans rubrique « news ») 

 

ACTE 4

 

L’après course …

Bon ben je ne vais pas m’apitoyer sur mon sort par rapport à mon souci mécanique durant la course.

Après tout le résultat est plutôt encourageant, même si ... !

Il y aura d’autres courses pour s’exprimer …

Quelques petits bobos par ci par là à désinfecter et à soigner.

Vu l’état des pieds avec la course dans l’eau et dans le sable, j’opte pour la fin de journée et soirée en tong !

Cérémonie de clôture, là encore un vrai show comme ils savent si bien le faire sur les XTERRA !

Buffet avec spécialités locales, variétés de pasta à gogo, desserts très (trop ?) tentants … hummmmmm miam miam !

La bonne humeur est au rendez vous du côté des frenchies.

Chacun raconte sa course, ses petites anecdotes …

Les rendez-vous sont pris pour la prochaine étape (en France en plus) !

 

ACTE 5

 

Petite journée farniente (notre retour ne se faisant que le mardi).

Petit dèj’ en terrasse, glandouille puis direction une petite ville côtière (même le GPS n’en connaît pas les routes d’accès) pour déjeuner dans un bon p’tit restau. Au menu : Pasta ai Frutti di Mare et Tiramisu della casa.

Une journée à profiter de la playa, du soleil (en plus il paraît qu’en Farnce c’était pas le top niveau météo).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

G.P. D1 - Dunkerque

3 jours de compétition en VTT dans la neige (cf : news Merrell) le week end dernier 6 jours avant un GP = Quitte ou double ... 

Et là ... ben euh ... Oups ! (mais aurait pu être pire lol) 

 

Je nage dans le bouillon (natation version GP).
Depuis 3 jours je peine à monter les escaliers alors imaginez quand il a fallu bombarder à la transition !
A vélo je sens qui me manque de la fraîcheur, du coup je n'arrive pas à ramener le pack (en plus les nanas : la collaboration c'est pas leur truc, elles préfèrent attendre et subir la course c'est bp plus intéressant lol. Mais je m'adapte à l'esprit GP)
Dans le dernier tour je pose un sac pour bien montrer que j'ai un joli scott (lol) et je claque une bonne course à pied.
Bon 26eme au final ;-(

 

Des sensations typiques d'un gros taff effectué ces dernières semaines ...
Now c'est repos et dodo au programme !

Cap sur l'Italie la semaine prochaine pour les Championnats d'Europe de XTERRA ;-)

 

 



     
Designed by Nico35